Les Nouvelles Editions Oswald
Les Nouvelles Editions Oswald
 
John Dickson Carr - L'habit fait le moine
JOHN DICKSON CARR
L'habit fait le moine

Titre Original : Lord Of The Sorcerers
Date de parution originale : 1945
Le miroir obscur n° : 73
Date de parution chez Néo : 1983
Traducteur : Gabrielle Ferraris
Nombre de pages : 208
Couverture : Jean-Claude Claeys
« Vous disparaîtrez, Lady Loring, vous disparaîtrez comme si vous n'aviez jamais existé. »

C'est sous le coup de cette menace que Helen Loring arrive en Angleterre, à son retour d'une expédition menée par son père, Lord Severn, au cours de laquelle la momie d'Herihor, grand prêtre d'Ammon et roi de la XXe dynastie, a été découverte dans la Vallée des Rois.

En revenant au Caire, le professeur Gilray, qui participait à l'expédition, est déjà mort d'une piqûre de scorpion. Puis, à son arrivée au château familial, Lady Loring disparaît de manière totalement inexplicable.

Dès lors, les langues vont bon train : une malédiction pèserait sur quiconque a violé la sépulture du grand prêtre.

Plus tard ce sera au tour de Lord Severn de disparaître de façon tout aussi incompréhensible.

Sommes-nous vraiment devant la matérialisation de la malédiction ? Nul ne veut y croire. La police enquête... sans succès. Seul le célèbre S.M. viendra à bout de l'énigme. Mais quelle démonstration de la part du grand auteur de La chambre ardente ! L'habit fait le moine est certainement l'un des romans les plus passionnants de toute la littérature policière et il représente l'une des plus convaincantes exploitations du thème fascinant de la malédiction des tombes égyptiennes. Un chef-d'œuvre !

Célèbre et génial auteur anglais d'œuvres policières, John Dickson Carr (qui signait également Carter Dickson) est l'auteur de soixante-quatorze romans publiés entre 1930 et 1960, dont plus de la moitié ont été traduits en français (les derniers dans l'excellente et regrettée collection « Red Label ») mais dont la plupart et souvent les meilleurs étaient devenus introuvables. Ainsi Celui qui murmure, A la vie..à la mort, II n'aurait pas tué Patience, Ils étaient quatre à table, l'exceptionnel La chambre ardente, Un coup sur la tabatière (tous réédités dans « Le miroir obscur ») et le présent L'habit fait le moine, La flèche peinte, Hier vous tuerez ou encore Qui a peur de Charles Dickens ? récemment reparu chez Clancier-Guénaud sous le titre Le mort frappe à la porte.

Né aux Etats-Unis en 1906 d'une famille d'origine anglaise, John Dickson Carr est mort en Angleterre, où il s'était tôt fixé, en 1977.