Les Nouvelles Editions Oswald
Les Nouvelles Editions Oswald
 
Robert Bloch - Le temps mort
ROBERT BLOCH
Le temps mort

Titre Original : The Dead Beat
Date de parution originale : 1960
Le miroir obscur n° : 61
Date de parution chez Néo : 1983
Traducteur : Charles Meaux
Nombre de pages : 217
Couverture : Jean-Claude Claeys
Le jeune voyou qui est le « héros » de ce très blochien roman de Bloch, pour être minable n'en est pas moins exemplaire. Du monde de Bloch d'abord, puisqu'il tue, comme Norman Bates de Psychose, à cause d'un profond déséquilibre psychique, d'un manque irrémédiable..., de notre monde ensuite, car ce n'est pas un petit monstre isolé, c'est une hirondelle de mauvais augure qui annoncé un printemps sinistre, celui qui va voir la jeunesse devenir l'objet d'un véritable culte (rarement désintéressé) en même temps que la défaite des adultes et des vieux.

Ce jeune homme séduisant est accessoirement pianiste de jazz : il n'est pas un grand musicien, mais s'il se contentait de jouer du piano, ce ne serait pas grave, hélas ! il joue aussi du revolver et, dans ce domaine, il ne se montre guère un plus grand artiste... Comme on le voit, ce n'est pas, malgré les apparences, un roman à thèses. C'est, au contraire, un pur policier : au cours de son équipée sauvage et solitaire, ce jeune désaxé va se faire recueillir par un « vieux » couple et se servir de ce refuge pour monter une sordide tentative de chantage contre son ancienne amie et complice devenue l'épouse d'un gangster notoire propriétaire d'une boîte de nuit. Et rien de tout ça ne peut finir bien...

Robert Bloch est né aux USA en 1917. Lecteur assidu de « Weird Tales », à l'âge de 15 ans, il correspondit avec Lovecraft et en devint l'ami, ce dernier l'encourageant à écrire. Depuis, il ne s'est plus arrêté. Auteur de Psychose dont Hitchcock a tiré son film le plus célèbre, l'œuvre de Bloch se partage entre le policier et le fantastique. Elle est souvent à la frontière des deux genres. Outre Psychose (Marabout), il a été traduit de lui en France : Le monde des ténèbres (Série Noire), L'incendiaire, L'écharpe, Le crépuscule des stars (ces trois volumes dans la collection « Red Label »), ainsi que Contes de terreur (Opta) et Retour à Arkham (Nouvelles éditions Oswald/NéO). De nombreuses nouvelles ont paru dans des revues comme Mystère Magazine, Fiction, Le Saint et dans les anthologies Planète et Casterman. La revue Polar que dirige François Guérif, lui a consacré un numéro spécial. Nous avons enfin publié dans cette même collection une anthologie de nouvelles établie par Jean-Baptiste Baronian : La scène finale et réédité récemment Etoiles filantes. Quant à François Guérif il vient de publier, avec un considérable succès, dans la collection « Engrenage international » qu'il dirige au Fleuve Noir, Psychose II, après avoir donné, dans Fayard/Noir, le remarquable Un serpent au Paradis.