Les Nouvelles Editions Oswald
Les Nouvelles Editions Oswald
 
Joseph Sheridan Le Fanu - Le fantôme de Madame Crowl

JOSEPH SHERIDAN LE FANU
Le fantôme de Madame Crowl

Titre Original : nouvelles
Fantastique - SF - Aventure n° : 207
Date de parution chez Néo : 1988
Traducteur : Jean-Louis Degaudenzi
Nombre de pages : 228
Couverture : Jean-Michel Nicollet
« Dans l'un de ses dix-sept traités, Swedenborg, qui exerça une profonde influence sur Le Fanu, donne une description minutieuse des entités peuplant l'astral et l'on y retrouve cette « cinquième race » dont Sheridan Le Fanu peupla son œuvre.

Les nouvelles contenues dans le présent recueil sont à ce titre bien significatives. Ainsi, dans Le chat blanc de Drumgunniol, rencontre-t-on l'une de ces « Banshees » dont l'apparition est toujours un présage de mort pour les familles auxquelles elles sont liées. Dans Ultor de Lacy, c'est une âme en peine qui, par-delà la mort, assouvit sa vengeance en consommant la ruine d'une illustre lignée. Quant au démon, non seule­ment il s'approprie les âmes dans Le marché de Sir Dominick et Le destin de Sir Robert Ardagh, mais il s'empare également des cadavres, tel celui du Défunt sonneur de clo­ches. Les spectres, eux, ont la part belle dans Le testament du Squire Toby ou Le fantôme de Madame Crowl, même si l'auteur nous propose une solution rationnelle et une explication occulte. Au lecteur de choisir. Mais pour qui sait bien lire et n'a pas peur de s'aventurer dans cet informulable et cet indicible, que l'auteur laisse à notre indiscrétion, il n'y a aucun doute possible : le surnaturel est entre les lignes, et la terreur au terme du récit. Une fois le livre refermé, l'insidieuse épouvante de l'auteur devient vôtre. A croire que certains livres sont hantés ! »

D'après Jean-Pierre Deloux (Introduction).

Joseph Sheridan Le Fanu est né à Dublin en 1814 et y est mort en 1873. De vieille souche nor­mande — ses ancêtres huguenots avaient émigré de Caen en Irlande lors de la révocation de l'édit de Nantes — il était le fils du doyen de l'Eglise protestante irlandaise et le petit-neveu du grand Sheridan. Après un passage au barreau, il se marie, publie deux romans, puis se consacre tout entier au journalisme. Sa jeune femme meurt en 1858. Dès lors, cet homme élégant et aimable quitte le monde. A partir de 1863, il produira à une cadence accélérée quinze épais volumes en dix ans. En français, on a pu lire de lui : Le mystérieux locataire, Le hobereau maudit (même collection), Carmilla (Présence du Futur, Denoël) et Les créatures du miroir (Losfeld). Pro­chainement, paraîtra en NéO/Plus, son chef-d'œuvre romanesque : L'oncle Silas.


Sommaire
1 - Jean-Pierre DELOUX, Au pays des fées et des fantômes, Introduction
2 - Le Chat blanc de Drumgunniol (The White Cat of Drumgunniol)
3 - Le Marché de Sir Dominik (Sir Dominick's Bargain)
4 - Le Destin de Sir Robert Ardagh (The Fortunes of Sir Robert Ardagh)
5 - Testament du squire Toby (Squire Toby's Will)
6 - Le Fantôme de madame Crowl (Madam Crowl's Ghost)
7 - Le Défunt sonneur de cloches (The Dead Sexton)
8 - Ultor de Lacy (Ultor De Lacy: A Legend of Cappercullen)